webleads-tracker

Pour rester en bonne santé, on le sait, il faut faire du sport (ou au moins bouger) régulièrement. On l’entend d’ailleurs assez souvent lors de spots à la télévision et à la radio. Néanmoins, il semblerait que tout exercice physique n’ait pas forcément des résultats positifs sur la santé. D’après une étude de l’Inserm, menée en collaboration avec une équipe australienne, certaines activités physiques, réalisées au travail, auraient des effets négatifs sur la santé cardiovasculaire. Par conséquent, il faut se méfier du terme « activité » qui est un concept large et tenir compte de la pénibilité au travail qui joue également un rôle dans le développement de maladies cardiovasculaires qui, rappelons-le, sont la première cause de décès dans le monde.

Certains exercices physiques plutôt néfastes pour le cœur

A ce jour, peu de chercheurs et scientifiques ont étudié les effets des différents exercices physiques sur la santé. Or, il semblerait qu’ils soient variables. C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude récemment publiée dans la revue Hypertension et réalisée par les équipes de Jean-Philippe Empana et Xavier Jouven, Pierre Boutouyrie (Inserm/Université de Paris), en collaboration avec Rachel Climie du Baker Heart and Diabetes Institute à Melbourne, en Australie.
Pour leur étude, ils se sont basés sur les données de l’Enquête Prospective Parisienne III. Cette dernière a suivi pendant 10 ans l’état de santé de plus 10 000 participants volontaires, âgés de 50 à 75 ans, et ayant fait un bilan de santé au Centre d’examen de santé de Paris. De même, ils ont distingué 3 exercices physiques au cours de leur travail : l’activité sportive, celle qui est professionnelle (le port de charges lourdes par exemple) et le sport de loisirs tel le jardinage. Lors de leurs analyses, ils se sont notamment concentrés sur les conséquences de la pénibilité au travail. Et leurs résultats sont clairs : l’exercice physique dans le cadre professionnel comporte des dangers pour le cœur.

La pénibilité au travail, un facteur négatif

Pour évaluer les conséquences de la pénibilité, les équipes de chercheurs ont analysé le baroréflexe mécanique (la mesure de la rigidité de l’artère) et le baroréflexe neural (la mesure des signaux nerveux envoyés par les récepteurs présents sur les parois de l’artère, en réponse à une distension de celle-ci). Lorsqu’il y a une anomalie sur la composante mécanique, elle est associée à des pathologies cardiovasculaires du vieillissement. A l’inverse, si elle est présente sur la composante neurale, elle est liée à des pathologies rythmiques pouvant entraîner un arrêt cardiaque. Et selon le travail des chercheurs, une activité sportive de haute intensité permet un meilleur baroréflexe neural. En revanche, l’exercice physique au travail, comme le port répété de lourdes charges, provoquerait une plus grande rigidité des artères (et donc un baroréflexe neural anormal). Par conséquent, ce type d’activité au travail pourrait avoir des conséquences négatives sur le cœur et entraîner des maladies rythmiques. Selon l’un des chercheurs, Jean-Philippe Empana, leurs résultats « constituent une piste de recherche intéressante pour mieux comprendre les associations entre activité physique et maladies cardiovasculaires ». Ils ont également prévu d’aller plus loin dans leur analyse pour découvrir dans les détails ces interactions. En attendant, pour les professionnels sujets à la pénibilité, la vigilance et un suivi médical régulier sont de rigueur.

Laisser un commentaire

Nous contacter

Envoyez nous un message et nous y répondrons dans les plus brefs délais.

Regénérer captcha captcha txt

Tapez ici les termes recherchés