webleads-tracker

Mi-février 2020, les véhicules de patrouille des policiers de Trois-Rivières, une ville située au Québec, au Canada, ont été équipés de défibrillateurs. Et quelques jours après, ils ont déjà prouvé leur utilité. En effet, le 21 février, un premier appareil a été utilisé par des policières sur un homme de 75 ans qui était en arrêt cardiorespiratoire. Arrivées rapidement sur le lieu de l’accident, avant les ambulanciers, les deux femmes ont pu lui apporter les premiers secours. Alors que l’une réalisait un massage cardiaque, l’autre sortait le DEA et le préparait pour s’en servir. Puis, l’ambulance est arrivée et a pris en charge la victime dont l’état était stable lors de son admission à l’hôpital.

16 appareils récemment installés dans les véhicules de la police des Trois-Rivières

Depuis quelques semaines, des défibrillateurs ont été installés dans la moitié de la flotte des véhicules de la police des Trois-Rivières. Ce déploiement a été fait en partenariat avec les services de santé de la Mauricie et du Centre-Québec (le CIUSSS MCQ). Le but étant de permettre des interventions plus rapides et surtout, d’augmenter les chances de survie d’une personne en arrêt cardiorespiratoire. D’autant que, comme le rappelle le directeur de la police des Trois-Rivières, René Martin, ses effectifs sont déployés « sur tout le territoire » et souvent, ils sont sur place « avant les ambulanciers, ou avant même que l’appel soit fait ». Dans le même temps, les policiers de la ville reçoivent une formation de 8 heures pour apprendre à se servir correctement de ces appareils.

Une première utilisation montrant l’intérêt d’équiper les policiers

Les véhicules de patrouille de la police se déplacent régulièrement dans toute la ville. Les équiper de défibrillateurs est donc une bonne et logique idée car ils peuvent intervenir dans de brefs délais, en attendant l’arrivée des secours. Cela évite de perdre de précieuses minutes lorsqu’une personne est victime d’un arrêt cardiorespiratoire, comme ont pu le constater les 2 policières ayant utilisé pour la première fois l’appareil de leur voiture. Et si aujourd’hui, la police des Trois-Rivières dispose de 16 défibrillateurs, d’autres devaient être déployés dans toute la ville. C’est, en tout cas, le souhait du CIUSSS MCQ qui veut que ces dispositifs soient accessibles aux habitants à moins de 500 mètres du lieu où ils se trouvent.

Laisser un commentaire

Nous contacter

Envoyez nous un message et nous y répondrons dans les plus brefs délais.

Regénérer captcha captcha txt

Tapez ici les termes recherchés