webleads-tracker

A Fégréac, en Loire-Atlantique, les habitants peuvent apprendre quelques gestes qui sauvent lors de séances de sensibilisation. Au nombre de 3, ces dernières ont débuté fin décembre 2022 et sont animées par des pompiers de l’UDSP44 (Union départementale des sapeurs-pompiers). D’une durée de 2h, elles associent théorie et pratique, et passent en revue les principaux gestes à réaliser pour porter secours à des victimes, dont le massage cardiaque, l’utilisation du défibrillateur et l’alerte à donner aux numéros d’urgence. Elles ont également pour but de rappeler aux participants les emplacements des 5 défibrillateurs dans la commune (mairie, stade et centre de secours notamment).

Des séances organisées par les sapeurs-pompiers au centre de secours

La première séance a eu lieu mi-décembre, un vendredi et a rassemblé une trentaine de personnes. Pendant 2 heures, les pompiers sont expliqué aux participants les gestes de base du secourisme. Des gestes simples, qui peuvent être effectués par tout le monde et qui contribuent à sauver des vies lorsqu’ils sont faits rapidement, dès les premières minutes qui suivent un accident, un arrêt cardiaque. C’est le cas de l’alerte aux secours, la protection de la victime et l’utilisation d’un défibrillateur. Avec cette session de sensibilisation et les deux suivantes, les pompiers veulent rappeler aux participants qu’ils peuvent tous être, un jour, témoins d’un accident et jouer un rôle crucial dans la survie d’une victime. Outre une présentation du fonctionnement du défibrillateur, les pompiers leur ont rappelé les numéros d’urgence à contacter.

Inciter les participants à suivre une formation PSC1, l’autre objectif de ces sessions

Ces séances sont organisées afin de sensibiliser les citoyens aux gestes qui sauvent. A leur issue, ils reçoivent une attestation. Mais il ne s’agit pas d’une formation complète aux premiers secours. C’est pourquoi les pompiers les encouragent à s’inscrire à une formation PSC1 (Prévention et secours civiques de niveau 1) car aujourd’hui encore, la France accuse un retard… Seuls 34% des Français sont formés. Or, si toute la population était formée, on pourrait sauver 20 000 vies chaque année. De même, ces sessions permettent de dédramatiser l’utilisation du défibrillateur et de montrer que son fonctionnement est simple et accessible à tous.

Laisser un commentaire

Nous contacter

Envoyez nous un message et nous y répondrons dans les plus brefs délais.

Regénérer captcha captcha txt

Tapez ici les termes recherchés