webleads-tracker

 

Pour convaincre les Français de suivre une formation aux premiers secours, des internes en médecine d’urgence du CHR de Lille ont eu une idée originale, qui marque bien les esprits. Pour cela, ils ont réalisé une vidéo de 2 minutes dans laquelle ils montrent comment ces gestes peuvent sauver des vies. Et pour retenir l’attention du public, ils ont pris le parti de diviser la vidéo en deux images pour raconter deux histoires. Intitulée « Arrêt cardiaque : le défi des premières minutes », elle diffuse un message simple, comme son titre l’indique : en cas d’arrêt cardiaque, les premières minutes sont cruciales.

2 minutes pour inciter la population à se former

Cette vidéo a été tournée à Lille. Au début, on aperçoit un homme courant se sentir mal, s’arrêter et s’effondrer. Puis, l’image se coupe en deux. A gauche, on voit une jeune femme lui apporter les premiers secours en réalisant un massage cardiaque puis, des témoins la rejoignent et un défibrillateur est utilisé avant l’arrivée des secours. Ensuite, ces derniers prennent l’homme en charge, qui est sauvé. A droite, on voit la jeune femme paniquer, ne pas savoir quoi faire. Des témoins arrivent, tentent d’intervenir mais sans succès et malheureusement, lorsque les secours sont sur place, il est trop tard.
Ces 120 secondes nous montrent donc le rôle joué par le premier témoin en tant que « maillon clé de la chaîne de survie dans les premières minutes après un arrêt cardiaque », comme l’explique l’une des 5 internes ayant travaillé sur ce projet. En fait, il ne s’agit pas de former les gens en 2 minutes aux premiers secours mais plutôt de les convaincre « d’aller se faire initier aux gestes qui sauvent », pour reprendre les propos du Dr Nordine Benameur, urgentiste au CHR de Lille.

Une vidéo récompensée par un prix de l’USIC

Ce très court film a été réalisé de A à Z par des internes du CHR de Lille, qui connaissent bien le sujet. Avec cette vidéo, ils veulent vraiment donner envie au public de suivre une formation aux premiers secours. D’autant qu’il faut préciser, qu’en France, (seulement) 7% des 40 000 personnes victimes chaque année d’un arrêt cardiaque survivent. Ce taux atteint les 35% quand un défibrillateur est utilisé, comme l’indique le Dr Benameur, qui organise d’ailleurs des initiations au message cardiaque.
En outre, les professionnels n’ont pas été insensibles à ce projet. Ainsi, lors du congrès du groupe Urgences et Soins Intensifs de Cardiologie (USIC), les 5 internes ont obtenu le prix de la communication vidéo. Une belle récompense pour ce travail qui, nous l’espérons, portera ses fruits.

Laisser un commentaire

Nous contacter

Envoyez nous un message et nous y répondrons dans les plus brefs délais.

Regénérer captcha captcha txt

Tapez ici les termes recherchés