webleads-tracker

A l’occasion de la cérémonie de la Sainte-Barbe, qui est la patronne des sapeurs-pompiers, la caserne de Charlieu, dans la Loire, a tenu à rendre hommage à l’un de ses sergents, Pierre-Emmanuel Gras. En effet, ce dernier a sauvé la vie de sa femme en septembre 2019 alors qu’elle était victime d’un malaise cardiaque dans son lit. Le chef de la caserne a également salué l’efficacité de la chaîne d’urgence. Cette commémoration était donc chargée en émotions. Et surtout, cette histoire nous prouve, une fois de plus, à quel point il est indispensable de connaître les gestes qui sauvent et de se former aux premiers secours.

Un bel exemple de mise en place de la chaîne des secours

Le dimanche 15 septembre 2019, Emilie Gras, la femme du sergent Pierre-Emmanuel a fait un malaise cardiaque. Son mari, qui heureusement était à côté, a réagi aussitôt en l’allongeant sur le sol et en commençant un massage cardiaque. Sapeur-pompier volontaire, il connaît les gestes qui sauvent et a donc également appelé immédiatement les secours. Quelques minutes après le début de son intervention, une équipe de pompiers de la caserne de Charlieu arrive à son domicile, à Saint-Bonnet-de-Cray. Les secours le remplacent et utilisent un défibrillateur. Ensuite, c’est le docteur pompier puis les médecins du SMUR qui prennent le relais, avant que la jeune femme de 35 ans soit héliportée à l’hôpital. Après quelques semaines d’hospitalisation, elle a pu rentrer chez elle, en bonne santé.

Un « miracle » car la jeune femme n’a aucune séquelle

Pendant la cérémonie de la Sainte-Barbe, le chef de centre, le Capitaine Didier Janiaud, a indiqué que cette intervention est « un exemple de la chaîne des secours ». Les médecins présents sur place, pour secourir Emilie Gras, ont également précisé qu’il « fallait être là au bon moment et connaître les bons gestes ». Et s’ils ont l’habitude d’intervenir lors des situations d’urgence, ils reconnaissent que celle-ci est unique car tout s’est bien terminé. La jeune mère de famille ne souffre d’aucune lésion irréversible, ce qui est assez rare. A ce sujet, le médecin du SMUR qui est intervenu, François Xavier Montagnon, explique que « c’est un miracle » car en France, il y a environ 50 000 arrêts cardiaques chaque année et seulement « 5% des personnes survivent. Et dans le cas d’Emilie, ce sont seulement 1% des personnes qui s’en sortent sans séquelles ». Il a aussi voulu préciser que si « la chaîne des secours a été fabuleuse », c’est son mari qui lui a sauvé la vie en lui faisant aussi rapidement un massage cardiaque.

Laisser un commentaire

Nous contacter

Envoyez nous un message et nous y répondrons dans les plus brefs délais.

Regénérer captcha captcha txt

Tapez ici les termes recherchés