webleads-tracker

Il y a une dizaine de jours, un pompier a contribué à sauver la vie d’une petite-fille de deux mois … par téléphone. Les faits se sont déroulés le mercredi 6 mai, dans l’Indre, au centre de traitement d’alerte de Montierchaume. Ce jour-là, en début d’après-midi, Sébastien Bourdin, lieutenant-colonel, reçoit l’appel paniqué d’une mère dont la fillette était en arrêt cardiaque. Pour l’aider et en attendant l’arrivée des secours, il lui explique comment relancer le cœur de son nourrisson en réalisant un massage cardiaque. Il la guide donc, à distance, ce qui n’est jamais évident et encore moins quand il s’agit d’une victime de cet âge. Mais ensemble, ils ont réussi à la réanimer.

Une maman guidée par téléphone dans les gestes à réaliser

Le 6 mai dernier, le lieutenant-colonel chargé des missions opérationnelles au SDIS 36 a donc aidé une maman à réanimer sa petite fille. Lorsque cette dernière a appelé, son bébé, âgé de 2 mois, était en arrêt cardiaque. Immédiatement, le pompier a envoyé des secours à son domicile puis, lui a expliqué comment faire un massage cardiaque en plaçant sa fillette sur une table. La maman a suivi ses indications et au bout de plusieurs minutes interminables, la petite a crié. Son cœur était donc reparti. En attendant l’arrivée des secours, l’opérateur a poursuivi son travail en rassurant la maman. Mais comme il le racontait à France 3, « à distance, c’est très compliqué, il faut être très précis ». Néanmoins, grâce à lui et à la réactivité de la maman, l’état du bébé a pu être stabilisé et il a été transporté par hélicoptère au centre hospitalier de Tours.

Valoriser la formation aux premiers secours, une nécessité

Ce n’était pas la première fois que le centre de traitement d’alerte de Montierchaume devait accompagner « une personne à distance pour améliorer la situation de la victime ». En fait, il s’agissait de la 3ème fois en 3 ans. Cela ne semble pas beaucoup et pourtant, cela prouve que les gestes qui sauvent ne sont pas maîtrisés par l’ensemble de la population française. Selon Sébastien Bourdin, « ce genre de situation prouve à quel point la formation aux gestes de premiers secours est essentielle ». Pour lui, il est donc indispensable de mieux valoriser cette formation afin d’inciter les citoyens à y participer. Espérons que son message sera entendu car si davantage de Français étaient formés, on pourrait sauver plus de vies en intervenant plus vite.

Laisser un commentaire

Nous contacter

Envoyez nous un message et nous y répondrons dans les plus brefs délais.

Regénérer captcha captcha txt

Tapez ici les termes recherchés