webleads-tracker

Depuis quelques années, le nombre de personnes formées au secourisme augmente en France. Malheureusement, ce nombre reste encore trop faible d’autant que tous les ans, plusieurs milliers de décès pourraient être évités en prodiguant les gestes qui sauvent aux victimes. Pourtant, pour porter secours à quelqu’un, il n’est pas forcément nécessaire d’avoir suivi une formation. Certains gestes (ou « bons réflexes ») peuvent être adoptés par tous, enfants et adultes, et contribuent à sauver des vies. C’est le cas notamment en cas d’arrêt ou de malaise cardiaque. Voici quelques-uns de ces réflexes à connaître.

Sécuriser le lieu de l’accident et contacter les secours

Face à un accident, qu’il soit domestique ou en extérieur, il faut tout d’abord sécuriser les lieux et les personnes présentes. Par exemple, en vérifiant qu’il n’y ait pas de danger supplémentaire (incendie, problème lié à la circulation des voitures …etc.). Il est donc conseillé d’établir un périmètre de sécurité. Puis, il faut évaluer l’état de la victime avant de contacter les secours. Si elle est consciente, il faut lui parler, lui expliquer ce que l’on fait. Ensuite, étape cruciale, il est impératif de contacter au plus vite les secours et leur fournir un maximum d’informations (nature du problème, risques éventuels, localisation précise de l’accident, nombre de victimes et leur état …etc.). Enfin, en attendant leur arrivée, il est important de commencer à prodiguer les premiers secours.

Les premiers secours à apporter à une victime

Plusieurs gestes peuvent être effectués sur une personne présentant un problème cardiaque. S’il s’agit d’un malaise cardiaque, il faut demander à la victime ses antécédents, l’allonger ou la placer en position semi-assise et surtout, appeler le SAMU. Si c’est un arrêt cardiaque, chaque minute compte donc il faut être réactif, à savoir vérifier si la victime est consciente et prévenir immédiatement les secours. Commencer un massage cardiaque s’avère également indispensable pour augmenter ses chances de survie. Si un défibrillateur se trouve à proximité, il faut l’utiliser. Si ce n’est pas le cas, le massage doit être manuel. Il ne faut pas avoir peur de le faire, même si c’est la première fois.
Et pour maîtriser les premiers secours, y compris ceux qui concernent d’autres accidents tels qu’un étouffement, une plaie ou une fracture, il est possible de se former aux gestes qui sauvent. Partout en France, des formations – gratuites ou payantes – sont régulièrement organisées.

Laisser un commentaire

Nous contacter

Envoyez nous un message et nous y répondrons dans les plus brefs délais.

Regénérer captcha captcha txt

Tapez ici les termes recherchés