webleads-tracker

Les drones intéressent de plus en plus les professionnels de la santé et du secourisme. Sur notre blog, nous avons d’ailleurs déjà abordé le sujet à plusieurs reprises. Et cet intérêt ne faiblit pas, comme le prouve le dernier projet-pilote du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) situé à Montréal. En effet, cet établissement hospitalier a récemment réalisé des tests avec des drones, notamment à la fin du mois de septembre 2019, pour déterminer s’il est réellement possible de les utiliser pour transporter du matériel médical en urgence, tels des défibrillateurs. Dirigé par le Dr François de Champlain, médecin au CUSM, ce projet a donné lieu à plusieurs expérimentations et simulations. S’il s’avère concluant, il pourrait révolutionner les premiers secours.

Des appareils permettant de livrer plus rapidement du matériel médical

Le mardi 24 septembre dernier, une simulation était organisée dans le parc du Mont-Royal, en plein cœur de Montréal, afin de tester l’efficacité de la livraison d’un défibrillateur par un drone. Pour cela, un coureur simulait un arrêt cardiaque. Avec ce test, le Dr François de Champlain voulait réduire « le plus possible le temps qui s’écoule entre l’arrêt cardiaque et le moment où le patient reçoit le premier choc ». Comme il le rappelle à juste titre, en donnant un choc dans les cinq premières minutes, les chances de survie sont de 75%. Ensuite, pour chaque minute s’écoulant, elles diminuent de 10%. D’où la nécessité d’accélérer le processus et de trouver des solutions pour apporter plus rapidement les premiers secours … ce que pourront peut-être faire les drones. Par exemple, ils seraient très utiles lors d’événements sportifs organisés dans des lieux difficiles d’accès, ou reculés. Dans les centres urbains, cela risque d’être plus compliqué, en particulier au Canada où une nouvelle règlementation sur les aéronefs télé-pilotés interdit leur vol à moins de 14 km d’un aéroport.

Un projet pilote pour évaluer l’efficacité de ce dispositif

Au Canada, il existe plusieurs projets visant à déterminer si les drones peuvent être utilisés pour livrer du matériel médical, des produits sanguins et des défibrillateurs par exemple. Plusieurs études ont déjà été menées en Ontario et le Dr de Champlain compte en développer une en Estrie pour évaluer le rapport coût-bénéficie de ce dispositif. Il a choisi cette région car les ambulances ont de grandes distances à parcourir et il y a une certaine densité de population. Pour l’instant, ce projet est en cours de réflexion et les détails doivent encore être précisés. Il faut aussi résoudre certaines difficultés, comme la durée de vie des batteries qui est limitée et le fait que ces appareils ne peuvent pas voler par grands vents. Néanmoins, les tests déjà réalisés constituent une avancée et nous montrent les nombreuses possibilités et perspectives offertes par les drones.

Laisser un commentaire

Nous contacter

Envoyez nous un message et nous y répondrons dans les plus brefs délais.

Regénérer captcha captcha txt

Tapez ici les termes recherchés