webleads-tracker

En Chine, à Shenyang, capitale de la province du Liaoning, un homme se souviendra pendant longtemps de cette nouvelle année 2019. En effet, le 2 janvier dernier, il est transporté en urgence à l’hôpital de médecine traditionnelle chinoise à Shenyang après que son cœur se soit arrêté de battre. Et grâce au travail et à l’implication d’une vingtaine de médecins, il a pu être réanimé. Un fait assez rare pour être souligné car en Chine, dans les hôpitaux, la durée maximale d’un massage cardiaque est de 50 minutes. Or cette fois, le personnel médical a pratiqué une réanimation durant … 2h30 ! Et ils ont eu raison d’y croire puisque le cœur du patient est reparti.

Des médecins très impliqués à qui cet homme doit la vie

D’après The Daily Mail, un journal britannique qui a relaté cet événement, dès l’arrivée de l’homme à l’hôpital, les médecins ont refusé de l’abandonner. Même si son cœur s’était arrêté de battre, ils avaient remarqué de légères activités cardiaques durant les premières minutes de réanimation. C’est pourquoi ils n’ont pas voulu cesser le massage cardiaque au bout des 50 minutes. Ils ont continué et ont fait preuve d’une organisation très efficace pour relancer son cœur. Ainsi, tout le personnel s’est impliqué, à tout de rôle, pour réaliser 100 à 200 compressions thoraciques. Au total, il aura fallu environ 15 000 compressions pour le réanimer !

Plus de 2h de réanimation afin de faire repartir le cœur

Lorsque ce patient a été admis à l’hôpital de Shenyang, il était en état de choc cardiogénique. Au bout des 50 minutes de massage cardiaque, son cœur ne repartait pas et ses pupilles étaient dilatées, comme l’a précisé aux médias le Dr Hou Ping du département de cardiologie de cet établissement. Dès lors, les médecins auraient pu déclarer sa mort. Cependant, ils ne voulaient pas abandonner tant qu’ils avaient « le moindre espoir ». Et leurs efforts ont été récompensés puisqu’au bout de 2h30, l’homme a repris connaissance et a recommencé à respirer. Après avoir subi une opération sur ses artères bouchées, le patient ne gardait aucune séquelle dix jours après, à part une douleur au sternum mais qui est normale étant donné qu’il a reçu 15 000 compressions thoraciques !

Laisser un commentaire

Nous contacter

Envoyez nous un message et nous y répondrons dans les plus brefs délais.

Regénérer captcha captcha txt

Tapez ici les termes recherchés