webleads-tracker

Samedi 18 juillet 2020, dans les Pyrénées, un homme d’une soixantaine d’années a été victime d’un malaise cardiaque alors qu’il était en randonnée. Pris en charge par un randonneur, médecin, il a pu être secouru grâce à l’utilisation d’un défibrillateur installé au refuge d’Ayous, où il descendait justement. Une fois les secours sur place, le sexagénaire a été héliporté jusqu’à l’hôpital de Pau. Et ce week-end-là, le médecin du SAMU et les gendarmes du PGHM (pelotons de gendarmerie de haute montagne) sont intervenus à plusieurs reprises pour secourir des randonneurs blessés suite à des chutes et à une morsure de vipère. Un week-end mouvementé en résumé aux lacs d’Ayous et aux alentours…

Les bons réflexes d’un médecin en randonnée témoin de la scène

Le sexagénaire était en randonné lorsqu’il a fait une crise d’épilepsie. Et cette dernière a provoqué un malaise cardiaque. L’incident s’est déroulé le samedi 18 juillet après-midi, quand l’homme se rendait au refuge d’Ayous. Fort heureusement pour lui, un médecin randonnait également sur place et a pu lui prodiguer les premiers secours. Et grâce au défibrillateur du refuge, il a pu le choquer deux fois avant l’intervention du médecin du SAMU et du PGHM d’Oloron. Il a ensuite été transporté à Pau par hélicoptère pour être hospitalisé.

L’installation de DAE dans les refuges, une nécessité pour sauver des vies

Depuis quelques années, les refuges de montage s’équipent en DAE afin de pouvoir améliorer la prise en charge des victimes d’un arrêt ou malaise cardiaque. Un équipement qui est devenu aujourd’hui indispensable car en montagne, les secours peuvent mettre du temps à arriver. Les lieux n’étant pas toujours propices à des interventions rapides. En mettant des défibrillateurs à la disposition des randonneurs dans les refuges, les témoins d’un accident ont la possibilité d’agir pour porter secours à des victimes. Et comme nous l’avions évoqué dans un précédent article, dans certains départements français, ce sont des associations qui s’engagent à équiper les refuges. En Savoie, c’est Pharefuge qui forme également les gardiens aux gestes qui sauvent.

Laisser un commentaire

Nous contacter

Envoyez nous un message et nous y répondrons dans les plus brefs délais.

Regénérer captcha captcha txt

Tapez ici les termes recherchés