webleads-tracker

Sur le marché des objets connectés, on trouve de nombreux produits. Pour la sécurité et la surveillance, l’éclairage, le sport, le confort, la gestion de l’énergie, l’aide à la conduite … il y en a pour tous les besoins et pour tous les goûts. Conçus pour nous simplifier la vie, ils ne font pas forcément tous l’unanimité auprès des consommateurs. Néanmoins, il faut bien reconnaître que certains d’entre eux peuvent être utiles. De même, ils trouvent tout leur intérêt quand ils nous aident à prendre soin de notre santé. Et il se pourrait que bientôt, les enceintes connectées (ou intelligentes) soient capables de nous sauver la vie en cas d’arrêt cardiaque. Comment ? En appelant les secours à notre place. Explications.

Déceler des accidents cardiaques en surveillant la respiration

Aujourd’hui, on sait que les crises et arrêts cardiaques surviennent souvent à domicile. Or, quand une victime est seule, prévenir les secours s’avère très difficile, retardant ainsi une prise en charge et diminuant les chances de survie. C’est pourquoi des chercheurs de l’université de Washington ont eu l’idée de concevoir une intelligence artificielle capable de détecter les signaux sonores d’une détresse respiratoire. Cette dernière a été associée à une enceinte connectée afin de lui permettre de fonctionner. Et le principe est plutôt simple (et très bien trouvé !) : l’intelligence artificielle commence par demander de l’aide – la réalisation d’un massage cardiaque – aux éventuelles personnes se trouvant à proximité de la victime. Et si elle n’obtient aucune réponse, elle appelle directement les secours. Pour mettre au point ce concept expérimental, les chercheurs ont effectué de nombreux essais à partir d’échantillons d’appels au 911, le numéro d’urgence aux Etats-Unis. Et le résultat est assez impressionnant car la marge d’erreur de l’intelligence artificielle est très faible : 0,22%. Ainsi, dans 97% des cas, elle peut identifier les sons révélateurs d’une crise cardiaque.

Le respect de la vie privée, une question récurrente

L’algorithme développé par ces chercheurs de l’université de Washington s’avère donc puissant et efficace. D’autant qu’il peut écouter des bruits jusqu’à une distance de 6 mètres ! Par conséquent, s’il dépassait le stade expérimental, il pourrait améliorer la prise en charge des arrêts cardiaques. Cependant, sans remettre en cause les points forts de ce concept, il faut soulever un problème : le respect de la vie privée des utilisateurs. Cela pose aussi la question de la gestion des données personnelles. Car, pour fonctionner, l’enceinte et l’intelligence artificielle auraient besoin d’écouter en permanence l’environnement de leurs utilisateurs. Et en France, la santé connectée n’a pas forcément une bonne réputation. Les Français sont même assez méfiants et dans la majorité, font davantage confiance à l’intervention humaine en matière de santé. Et selon une étude du CSA et de l’Hadopi 2019, 61% des possesseurs d’enceintes connectées estiment qu’elles « constituent une menace pour leur vie privée ». Sans doute n’ont-ils pas complètement tort car rappelons-nous qu’il y a quelques semaines, nous apprenions que des milliers d’employés d’Amazon étaient chargés d’étudier les enregistrements des enceintes de la marque.
Par conséquent, avant que le dispositif élaboré par les chercheurs américains soit intégré à ces appareils connectés, il faudra répondre à ces questions. Et surtout le compléter pour éviter les fausses alertes aux équipes de secours.

Laisser un commentaire

Nous contacter

Envoyez nous un message et nous y répondrons dans les plus brefs délais.

Regénérer captcha captcha txt

Tapez ici les termes recherchés