webleads-tracker

J-L.Coulon (Défibril), D.Savary (Zoll), I.Hiranordoqui

Le 19 octobre, à Messanges (40/Landes), l’association « au Cœur des Jumeaux » a réussi plus de 200 personnes dans la magnifique salle de l’Arena Vieux Port de Messanges pour partager un excellent repas, mais aussi et surtout acheter des maillots portés par de grands sportifs.

MATECIR DEFIBRIL avait sa table, avec 9 invités. Et quels invités ! de très grands champions qui nous on fait profiter de leur gentillesse, de leur bonne humeur, et de leur humilité.

Et quels souvenirs… Pour reprendre Charles Aznavour et sa superbe chanson, « je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre » …

Monsieur Pierre ALBALADEJO, « Monsieur drop », un des très rares sportifs dont le surnom  était connu dans le monde entier. Et que dire de l’incomparable duo qu’il formait à la télévision avec le regretté Raymond Couderc.

Pampi LADUCHE, 1er Français champion du monde de pelote basque à main nue. Et quel chanteur ! Allez jeter un œil (et écouter de merveilleuses chansons Basques) sur son site http://pampiladuche.blogspot.fr/

Pascal ONDARTS, célèbre pilier basque, 42 fois sélectionnés en équipe de France, qui a entamé son histoire internationale en 1986 contre les All Black, dans un match qui fait encore parler les initiés.

Claude DOURTHE, toujours le plus jeune joueur (18 ans et 7 jours) à avoir porté le maillot de l’équipe de France. Lui aussi avait un surnom (le chameau) et était renommé pour son engagement et son tempérament. Il fait partie de ceux, très rares, dont la famille a offert deux générations à l’équipe de France, puisque Richard son fils, faisait partie de cette magnifique équipe qui a battu les blacks au Mondial 1999, avec un essai à la clé.

Lui est Basque (né à Bayonne) mais ne jouait pas au rugby. Christian SARRAMAGNA nous a fait rêver avec les verts de St Etienne de la belle époque. 12 mai 1976 : Finale de la Coupe d’Europe contre le Bayern Munich, à Glasgow… et ses poteaux carrés. Christian offrait un maillot signé par tous ses partenaires de l’époque. Au pays du rugby, je crois que c’est le maillot qui a atteint la plus grosse enchère.

ZOLL se devait d’être présent puisque les défibrillateurs offerts aux clubs de la région sont de leur marque. David SAVARY responsable commercial était présent à notre table. Même s’il porte un nom de la région, David est nordiste, et il faut bien l’avouer, avait dû se documenter sur le rugby. Il s’est comporté comme un « guerrier » lors des enchères, ramenant chez lui de beaux maillots.

De grands champions de différents sports ont permis la réussite de cette soirée

Les enchères concernaient de nombreux sports : le rugby évidemment, avec les maillots des clubs de La Rochelle et de l’Union Bordeaux Bègles signés par tous les joueurs, mais aussi celui maintenant collector du comité Côte Basque Landes, et d’internationaux très connus Damien Traille, Fabien Pelous, Imanol Harinordoquy, mais aussi le basket (Marion Laborde, Céline Dumercq), le Hand Ball (Karabatic), le cyclisme (maillot jaune de Chris Froome et à pois du meilleur grimpeur Warren Barguil)
La tauromachie était également représentée avec les muletas de Jean-Baptiste Jalabert et Enrique Ponce.
Tous ces « trophées » ont permis à l’association de récolter 8000€, ce qui permettra l’équipement d’une dizaine de petits clubs.
Un énorme bravo aux jumeaux Michel et Pierre Campistron, ainsi qu’au parrain de l’association et animateur de la soirée Imanol Harinordoquy.

Vidéo de la soirée :

La présence indispensable du défibrillateur dans les lieux sportifs

Les quelques statistiques existantes font part de 1000 à 1200 décès chaque année sur les stades.
La réalité est très probablement (et malheureusement) très supérieure, la plupart des décès étant constatés à l’hôpital. De plus, il n’est pas certain que les décès de sportifs non licenciés soient pris en compte.
Si toutes les grandes enceintes sportives sont équipées de défibrillateur, les petits stades amateurs en sont, dans leur très grande majorité, démunis. C’est pourtant dans le sport amateur qu’il y a le plus de risques, avec une population ne bénéficiant pas du même suivi médical que les professionnels. Pour l’instant, on est très loin du compte.
En 2010, Le Ministère de la Jeunesse et des Sports avait mis en place une aide financière pour les clubs et associations sportives souhaitant acquérir un défibrillateur.
Mais de l’avis de nombreux clubs amateurs, cette demande de subvention était très complexe, et pas toujours suivie d’une réponse rapide. A ce jour, personne n’en parle plus.

Laisser un commentaire

Nous contacter

Envoyez nous un message et nous y répondrons dans les plus brefs délais.

Regénérer captcha captcha txt

Tapez ici les termes recherchés