webleads-tracker

Cette année encore, les sapeurs-pompiers français vivent un été intense. Depuis le début de la saison estivale, leurs interventions se multiplient. Or, depuis plusieurs mois, le contexte est difficile dans les casernes où les équipes dénoncent les manques de moyens et d’effectifs. Ainsi, dans de nombreux départements, les pompiers sont en grève. Une situation compliquée donc, à laquelle le gouvernement devra trouver une solution. En attendant, malgré leurs revendications, les soldats du feu font leur travail et viennent au secours des populations en appelant à une vigilance encore plus importante. Leurs missions sont diverses et concernent aussi bien des feux que des accidents de noyade, et des dégâts causés par les mauvaises conditions météorologiques (orages notamment).

De nombreuses interventions aux quatre coins de la France

Ces dernières semaines, les sapeurs-pompiers ont été très mobilisés sur le territoire. Dans la Somme, ils ont même atteint des records suite à la canicule, qui a déclenché des incendies dans les champs. Le dernier week-end de juillet, 800 d’entre eux sont intervenus 80 fois sur plus de 850 hectares. En Isère et Haute-Savoie, ils ont aussi été particulièrement sollicités : une centaine d’appels pour des dégâts liés aux orages et inondations dans la nuit du 27 au 28 juillet 2019. Situation similaire dans l’Ain où les pompiers ont effectué près de 80 interventions entre 18h et 23 heures ce même samedi soir. Et ces derniers jours n’ont pas été de tout repos non plus. Le 11 août, plus de 200 soldats sont intervenus à Béziers pour éteindre un impressionnant incendie parti d’un champ de blé, qui a touché 3 bâtiments dont 2 immeubles. Dans l’Est, des pompiers vosgiens sont partis en renfort dans le Var pour aider leurs collègues qui font face à des départs de feux à cause de la sécheresse et du vent.

Des grèves pour dénoncer les incivilités dont ils sont victimes

Cet été 2019 se déroule donc sous tension pour les soldats du feu. Et les manques de moyens et d’effectifs dont ils sont victimes n’arrangent en rien la situation. Au contraire, cela rend leurs conditions de travail encore plus difficiles. D’autant que les agressions et incivilités à leur égard ont augmenté (+23% entre 2016 et 2017). C’est pour cela, qu’un peu partout en France, ils sont en grève. C’est le cas notamment à Marseille où le mouvement a débuté fin juin avec un débrayage de 59 minutes par jour, et dans les Yvelines où ils revendiquent de meilleures conditions de travail. En Haute-Savoie, un préavis a été déposé pour la fin du mois d’août. En Seine-Marne, à l’instar de Marseille, les grévistes manifestent leur mécontentement depuis le 26 juin. La grève persiste également dans l’Indre-et-Loire, le Cher et le Loiret. Les exemples sont donc nombreux et démontrent bien l’épuisement de ces secouristes. Mais ces mouvements ne les empêchent pas de mener à bien leurs missions … une preuve supplémentaire de leur héroïsme et de leur engagement.

Laisser un commentaire

Nous contacter

Envoyez nous un message et nous y répondrons dans les plus brefs délais.

Regénérer captcha captcha txt

Tapez ici les termes recherchés